Space Pirate Captain Harlock (Albator, le corsaire de l'espace)

Comment bien débuter l'année si ce n'est en allant au ciné et en reprenant les chroniques des films sur le blog!

Hé oui, aujourd'hui, premier jour de 2014, jour traditionnel des bilans de l'année précédente et de la prise de bonnes résolutions qui fleurissent sur la blogosphère, je vais vous parler film!
Cet après-midi, je suis allée voir au ciné, avec le Chéwi,  Albator, le corsaire de l'espace, personnage bien connu de la fin des années 70 et des années 80 (en entier, pas seulement la fin)!

Dans mes lointains souvenirs de la série animée (Albator 84 il me semble), Albator a la classe, il est ténébreux et mystérieux à souhait, capitaine d'un vaisseau corsaire de l'espace (un mixte entre le bateau corsaire des XVIIème/XVIIIème siècle et les vaisseaux spatiaux de SF), avec un équipage fidèle à toute épreuve et une bande d'amis soudés envers et contre tout! Je me souvenais bien d'Esmeralda, et surtout d'une blonde en tenue russe (manteau et toque à fourrure noir) se baladant dans un train de l'espace! Après quelques recherches webesques, mes souvenirs ont plus trait à la série Galaxy Express 1999 qu'aux séries Albator78 et 84. Tout cela pour vous dire que mes souvenirs sont un peu lointains, voir flous, mais que ces souvenirs sont revenus à la surface lorsque j'ai entendu parlé du film 3D (pas la 3D relief avec lunettes, mais 3D comme dans le premier Shreck).

Alors quand j'ai vu la bande annonce, j'me suis dit (et le Chéwi aussi) : IL FAUT QU'ON AILLE LE VOIR!!!

Et bien, c'est chose faite ^_^

Classe n'est-ce pas? :-D

Synopsyis (merci Allociné) : 
2977. Albator, capitaine du vaisseau Arcadia, est un corsaire de l'espace. Il est condamné  mort, mais reste insaisisable. Le jeune Yama, envoyé pour l'assassiner, s'infiltre dans l'Arcadia, alors qu'Albator décide d'entrer en guerre contre la Coalition Gaïa afin de défendre sa planète d'origine : La Terre.

Tout d'abord parlons.....de la beauté des images! Aaahhh que l'Arcadia est magnifique, magique, grandiose, sombre à souhait avec toujours ce mélange entre vaisseaux spatiaux de type croiseurs interstellaires et  les vaisseaux pirates/corsaires des XVIIème et XVIIIème siècle (si vous ne voyez pas, pensez aux navires anglais dans les films Pirates des Caraïbes, ayez? Vous voyez le genre?)!! J'aime ce mélange des genres, avec le gouvernail version "roue" dans le poste de commandement avec autour pas mal de technologie. Et la mythique figure de proue en forme de tête de mort!!!



 
J'aime le look quelque peu "steampunk" des membres de l'équipage de l'Arcadia, par exemple l'un des seconds du vaisseaux avec son maillot marnière avec un pin's smiley jaune dessus et ses lunettes steampunk.
La différence d'âge entre ce vaisseau et les plus récents est très bien rendu! 
Les paysages, les décors sont soignés! La grande serre qu'on voit est superbe : une serre avec une verrière sur armature métallique qui n'est pas sans rappeler les constructions de la fin du XIXème siècle (cf. le dôme du Grand Palais pour que vous puissiez mieux voir de quoi je parle). 
Sans parler des bruitages et de l'animation des vaisseaux qui nous plongent dans l'espace et au coeur des batailles! L'actionnement des tourelles de l'Arcadia fourmille de détails, les harponnages sont bien fichus.

C'est filmé comme un film live (avec acteurs) mais également comme une cinématique de jeu vidéo. Les personnes peu familières avec ce dernier type d'images vont avoir un peu de mal à comprendre ce que j'essaye de dire car la limite entre les deux devient de plus en plus ténue.

Comment dire cela simplement.....les cinématiques de jeux vidéos sont souvent courtes, dynamiques et en musique. Elles se trouvent à des moments clefs du jeu pour apporter des informations (utiles ou embrouilleuses) en peu de temps. Dans ce film, c'est parfois la sensation que j'ai eu : à la scène d'ouverture, pendant certains flash-back, durant une scène avec l'un des personnages féminins : Kei (scène "fan-service" qui n'apporte rien à l'histoire). 
Disons que, pour un long métrage d'animation, ça fait bizarre...J'ai vraiment eu l'impression que le montage et la mise en scène oscillaient entre le cinéma (cf. Rebelle, Mon voisin Totoro, Le tombeau des lucioles, et bien d'autres qui sont conçus comme des films) et les cinématiques de jeu vidéo. De plus, le design du visage de l'amie d'enfance de deux des personnages m'a fait pensé à ceux des personnages féminins de jeux vidéos de la licence Square Enix, ce qui renforce mon impression.

Côté musique, bien que je l'ai appréciée, elle ne m'a pas vraiment marqué, sauf à certains moments du film. Elle m'a souvent fait penser à des musiques de jeux vidéos. Après quelques recherches, il s'avère que Tetsuya Takahashi est le compositeur de la musique de plusieurs jeux vidéos : Halo (celui sorti en 2010), Dragon Age (celui de 2012) et Resident Evil (celui sortie en 2008) dont j'ai eu l'occasion d'entendre régulièrement la musique. 

Côté personnages, le caractère d'Albator est bien gardé : sombre, mystérieux, avec un lourd passé. Il apparaît de prime abord comme un personnage secondaire avec une aura mystérieuse, mythique même. Mimey est tout simplement graphiquement magnifique! J'ai beaucoup aimé la façon dont elle a été animée, fluide, évanescente. Key est une dure à cuire remplie d'espoir et au passage mignonne et sexy! Yama, dont le design ressemble étrangement à celui d'Albator, est un jeune homme qui évolue au fil du film et l'intrigue est en bonne partie centrée sur lui. Bien évidemment, il y en a d'autres et je vous laisse les découvrir dans le film ;-) 

Mimey et Albator

Pour le scénario, j'avoue avoir eu un peu de mal à rentrer dedans au départ. Cela me paraissait un peu flou, et une chose que j'avais pressentie en voyant le personnage de Yama s'est avérée juste. Certains événements sont un peu téléphonés, mais d'autres m'ont agréablement surprise. Le côté "petit sorcier" des humains est bien rendu; vous savez, ce petit côté des dirigeants qui font mumuse avec une technologie qui les dépasse en se fichant royalement des conséquences (thème qu'on retrouve régulièrement en space-opéra et SF, voir même en fantasy avec le rapport à la magie). Certains personnages auraient mérités d'être un peu plus creusés, chacun ayant vécu des choses lourdes, notamment les membres de l'équipage de l'Arcadia. La relation entre frères est plutôt bien rendue, ainsi que toute la complexité du personnage d'Albator, mais chuuuut, je n'en dis pas plus sinon je vais révéler une bonne partie de l'intrigue. 

L'univers sombre de cette série dans mes souvenirs d'enfance et d'adolescence est bien représenté, et j'ai beaucoup aimé l'ambiance pirate du début avec l'abordage. Je trouve dommage de ne pas l'avoir retrouvée régulièrement au cours du film, mais vu l'intrigue, cela n'aurait pas apporté grand chose.

Par contre, pour des enfants de moins de 13/14 ans, certaines choses seront à expliquer en fonction de leurs questions. Tout n'est pas compréhensible de suite, et j'avoue avoir très envie de retourner le voir (surtout pour le vaisseau!!). 

Il est toujours difficile d'adapter en long métrage des séries à succès. Cette adaptation aura (a déjà?) son lot de mécontents, mais ne vous arrêtez pas aux critiques acerbes que vous pouvez parfois trouver sur le web. Le film est beau, je me suis laissée prendre par l'histoire, j'ai tremblé pour certains personnages, et j'ai surtout passé un très agréable moment, alors allez-y ;-) 

Bon visionnage! 
Et bonne année 2014! 


P.S. : N'hésitez pas à laisser un commentaire pour parler du film ;-)

Commentaires

  1. Hello Fandre,
    J'aimais beaucoup ce DA aussi ! Par contre j'hésite entre aller le voir et garder mes souvenirs... Il y a quelques temps j'ai revu plusieurs DA de quand j'étais petite, et j'ai tellement été déçue : en fait c'était trop nul ce qu'on regardait, ha ha ! Le pire à revoir c'est Ulysse 31 : j'en étais fan et pourtant quand je l'ai revu j'ai eu l'impression qu'il ne se passait jamais rien et les dialogues (si on peut les appeler comme ça) sont quasi-inexistants.
    Bref, je suis encore en plein dilemme, même si ton post me donne bien envie : vais-je voir Albator ou pas ?...
    Bisous <3

    RépondreSupprimer
  2. Coucou Ellen,
    Je comprends tout à fait. J'y suis allée par curiosité et pour faire plaisir au Chéwi. Visuellement, c'est nettement plus beau que la série animée de notre enfance ^_^ De ce côté là, c'est une très bonne surprise :D
    Pour Ulysse 31, j'adorais moi aussi quand j'étais petite. Par contre, j'ai un peu peur de le revoir. Je crains que ça ai mal vieilli, un peu comme Goldorack...
    Tiens moi au courant si tu vois le film ce film d'Albator ;-)
    Bisous <3

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés